Artisanat : source de développement d’une nation

Mai 26, 2021 Société

L’artisanat est la transformation de produits ou la mise en œuvre de services grâce à un savoir-faire particulier et hors contexte industriel de masse : l’artisan assure en général tous les stades de sa transformation, de réparation ou de prestation de services, et leur commercialisation. Wikipédia

Un artisan est un travailleur indépendant qui exerce un métier à titre principal de production, d’extraction, de transformation de biens et services. L’artisan doit avoir une maîtrise ou un savoir-faire par la formation ou l’apprentissage et son travail est dominé par une prépondérance manuelle.

artisan béninois
sculpture sur bois

Importance de l’artisanat

L’artisanat joue un rôle très important et il faut accorder une attention particulière aux artisans.

L’artisanat est une véritable source de développement local, national et international. C’est un métier ouvert à tous, quelque soit l’âge, le sexe, le niveau intellectuel.

Pour exercer l’un de ces métiers, vous devez posséder un diplôme. Celui-ci peut être un certificat d’aptitude professionnelle (CAP), un brevet d’études professionnelles (BEP) ou un diplôme de niveau égal ou supérieur.

La nomenclature des métiers de l’artisanat au Bénin comporte huit branches d’activités subdivisées en quarante corps de métiers éclatés en trois cent onze métiers .

La branche d’activités artisanales est le regroupement d’un ensemble de corps de métiers similaires ou connexes.

Le corps de métiers se distingue de la corporation qui indique une association de personnes exerçant une même profession, en l’occurrence celle de l’artisan.

poterie béninoise

Répartition des branches d’activités de l’artisanat

Branche 1 : Agroalimentaire, alimentation, restauration;

Branche 2 : Mines carrières, construction et bâtiment;

Branche 3 : Métaux et constructions métalliques, mécanique, électromécanique, électronique,

électricité et petites activités de transport;

Branche 4 : Bois et assimilés, mobilier et ameublement;

Branche 5 : Textile, habillement , cuir et peau

Branche 6 : Audiovisuel et communication ;

Branche 7 : Hygiène et soins corporels ;

Branche 8 : Artisanat d’ art et de décoration.

tableau peint
réalisation d’un tableau en peinture

Perspectives de l’artisanat : levier de développement

Le Gouvernement du Bénin a inscrit dans son PAG 2016-2021 au pilier 2, axe stratégique 4, action 16 d’« accompagner, former et professionnaliser les artisans ». Cette volonté de faire de l’artisanat un des leviers de développement de l’économie nationale s’est traduite en quelques principales priorités gouvernementales à savoir :

  • prendre en compte l’Artisanat à la mesure de son poids socio-économique
  • assurer une véritable représentation des artisans auprès des Pouvoirs Publics par la mise en place de la CMA-Bénin
  • mettre en œuvre de façon effective les prescriptions du Code UEMOA de l’Artisanat
  • augmenter la capacité globale des artisans en en faisant une cible privilégiée du Projet ARCH- Formation

La prise en compte du secteur de l’artisanat en tant que levier économique résulte de l’importance de ce secteur qui passe pour l’un des secteurs pourvoyeurs d’emplois.
L’artisanat est, au Bénin, un secteur à fort potentiel de ressources d’emplois : 25% de la population active ,13% du PIB selon l’INSAE 2008 et une diversité de métiers : 175 métiers, 40 corps de métiers et 8 branches professionnelles au regard de la nomenclature des métiers de l’artisanat de l’UEMOA.
La réforme du secteur de l’artisanat vise donc de manière plus précise à :

  • mieux réorganiser les artisans au sein d’une institution consulaire unique : la CMA (Chambre de Métiers de l’Artisanat) et de ses délégations départementales ;
  • accompagner les artisans à travers des actions formations et renforcements de capacités pour les rendre plus compétitifs. Les reformes de l’EFTP et de ARCH Formation que mes collègues en charge de la Formation Professionnelle et des Affaires Sociales et de la Micro finance prennent largement en compte cette problématique.
  • les doter d’un cadre institutionnel et réglementaire plus adapté et plus cohérent à travers la transposition des prescriptions du code communautaire de l’artisanat.

Michèle ADJAHO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *